Tricot

Passion chaussettes…

J’inaugure la rubrique : « Il faut que je vous raconte… » et pour ce premier article, il faut que je vous raconte ma passion pour les chaussettes tricotées !

Processed with MOLDIV

Avant toute chose, je dois vous avertir : c’est une loooongue histoire que je m’apprête à vous raconter. Sachant cela, installez-vous confortablement, prenez une boisson chaude (café, thé…) ou un mojito si c’est l’heure de l’apéro 😉 et … C’est parti !

Préambule

Il y a fort longtemps (genre en 2007… sens de la mesure #1), je ne sais plus trop comment c’est arrivé, probablement en surfant sur les blogs (oui, dans les années 2000, on surfait sur les blogs, pas de podcasts tricot ni d’Instagram… #cellesquisaventsavent …), je me suis mise en tête de tricoter des chaussettes.

Beatrix_Potter

Cela faisait quelques temps que j’avais découvert Ravelry (exclusivement en anglais à l’époque), que je m’étais mise au tricot circulaire et un monde nouveau était en train de s’offrir à moi (sens de la mesure #2). J’avais vu de jolies photos de paires de chaussettes tricotées, je me suis imaginée avec ces petites merveilles aux pieds… Le train était en marche !

inline_image_preview

Voilà qu’un jour, j’étais en train de faire les courses chez Lidl, et, au détour d’un rayon, je tombe sur de la laine à chaussettes. Car si vous le le saviez pas encore, Lidl fait régulièrement des offres pour de la laine et des accessoires de tricot et couture. Devant moi sont étalés des paquets de plusieurs pelotes de différentes couleurs… Mais… des fils qui se tricotent en aiguille 2,5mm ! Moi qui, à l’époque, venait de commencer mon February Lady Sweater en 5mm, je n’ai même pas eu peur ! Prise d’un enthousiasme débordant, j’ai chopé les trois paquets – enthousiaste je vous ai dit ! (sens de la mesure #3), et j’ai continué mes courses, trop contente et impatiente de m’y mettre.

Le commencement

En cette époque reculée, je ne connaissais pas encore le magic loop. Je me suis donc rendue chez Véritas pour acheter des aiguilles doubles-pointes en 2,5mm. Je les ai choisies de la marque Prym, en métal (bien lourd quoi !). Quant au modèle, j’avais tellement aimé la dentelle du FLS, que j’ai opté pour un modèle tout en dentelle sur le site de Garnstudio, quelque chose dans ce goût-ci : CLIC-CLIC ou comme ça : CLIC-CLIC. Facile pour une première paire non ?

Toute motivée, et profitant d’une des nombreuses et loooooongues siestes de mon bébé de quelques semaines (bénie sois-tu Ô mon enfant chérie d’avoir dormi autant !), j’ai donc attaqué les fameuses chaussettes. Alors comment vous dire… Ces aiguilles doubles-pointes, je n’arrivais pas à les apprivoiser, elles me semblaient lourdes, les mailles glissaient tout le temps, et avec ce point dentelle, ce n’était vraiment pas évident. Pourtant, je n’ai pas laissé tombé tout de suite. Tenace et persévérante (l’Homme dirait plutôt « butée »…) j’ai continué, détricoté, recommencé… Et puis j’ai pesté, râlé, juré (oui j’avoue…). Ce projet a été mis de côté un temps, remplacé par des petits projets layette, rapides et simples. Puis vint le déménagement, 15 jours avant les fêtes de Noël (où j’avais eu la bonne idée d’inviter toute la famille… Mais je digresse…) et le projet a complètement disparu dans un carton.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, un jour de décembre 2008… Mais il n’en est rien lecteur, et c’est tant mieux pour toi d’ailleurs (ou pas…). Car sept années plus tard, en 2015, cette envie de chaussettes a réapparu. Comment cela ? Tout d’un coup, comme ça ? Pas tout à fait… Il faut dire qu’entre 2008 et 2015, le monde du tricot sur le Net a fortement évolué. Non seulement Ravelry s’est fortement développé, mais l’apparition d’Instagram et des podcasts tricot (d’abord chez les anglophones puis dans la sphère tricotesque francophone) a contribué à remettre au goût du jour les travaux manuels. A force d’entendre des filles parler de leurs chaussettes (un petit projet tout simple d’après elles, et nomade en plus, parfait pour les moments d’attente chez le médecin, à l’école, dans les transports en commun…), et bien j’ai eu envie de m’y remettre. Et c’est entre autres grâce à Charlotte du podcast Fille d’Hiver et à Lise du podcast Lise Tailor (n’hésitez pas à aller lire son article consacré aux chaussettes) que je me suis (re)lancée dans le tricot de chaussettes.

J’ai donc organisé une expédition dans les cartons non ouverts depuis le déménagement un beau jour de décembre 2015, j’ai récupéré mes aiguilles en métal et ma chaussettes commencée. J’ai tout détricoté et j’ai aussi changé fr projet pour me lancer dans les Monkey Socks (je ne sais plus d’où cela m’est venu d’ailleurs…). Et bien, vous le croirez ou non, mais j’ai tricoté cette première paire en seulement 20 jours, sans difficulté majeure. Je ne saurais que trop recommander ce patron, en anglais mais le tricot en anglais est tellement plus facile je trouve…

2015-12-19_21_10_08_medium2

Depuis lors, j’ai acheté des aiguilles doubles pointes en bois Knit Pro (j’ai une allergie terrible au Magic Loop) ainsi que des aiguilles en carbone (toujours chez Knit Pro), hyper légères. J’ai également changé de numéro d’aiguilles car je suis passée à la méthode continentale depuis quelques années, et ma tension s’était un peu relâchée. Depuis plusieurs années, je tricote désormais mes chaussettes avec des aiguilles 2,25mm.

J’aime découvrir de nouvelles laines à chaussettes, qu’elles soient « industrielles » (Fabel de Drops, Regia, …) ou teintes à la main (Hedgehog Fibers, By Night Dies, …). Lorsque c’est possible, j’aime assortir mon sac-à-projet à mes chaussettes, j’ai d’ailleurs cousu une multitude de petites pochettes zippées, bien pratiques pour emporter mes chaussettes en-cours.

On parle de chiffres ?

Si je fais un bilan de mes « années chaussettes », on peut dire que le virus m’a définitivement contaminé :

2015 : 1 paire – mes premières chaussettes 🙂

Processed with MOLDIV

2016 : 9 paires

BeFunky-collage

2017 : 5 paires

BeFunky-collage_2

2018 : 13 paires

BeFunky-collage_3

2019 : 6 paires + 2 en-cours et ce n’est pas terminé !

BeFunky-collage_4

A tel point que depuis 2016, j’offre une paire de chaussette « de Noël » à ma fille et à l’Homme chaque année.

XMas_2
Xmas_ju

Et pour cette année, j’ai le projet d’en offrir à ma fille mais également à mes soeurs, ma maman et ma meilleure amie. Tout un programme, autant dire que la 1ère paire de Noël 2019 est déjà en cours, même si nous ne sommes qu’en juillet au moment où je rédige cet article… Mais lesprit de Noël, cest toute l‘année non ? 😉

chaussettes-noel

Crédit photo : Marie Claire Idées n°23

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s